Vous êtes ici

Portraits d architecture

La collection Portraits d’Architecture est la rencontre de tous les acteurs d’un bâtiment : Architectes, Usagés, Donneurs d’ordre ... Questions urbaines, architecturales, politiques, sociales et culturelles réuniront le grand public autour de cette question d’architecture. La collection met en regard le projet et ses utilisateurs

Durée épisode: 
26
Nombre épisode: 
11

Découvrons Edouard François, architecte iconoclaste et clivant. Fer de lance de l’ « architecture végétale », il a dès la fin des années 1990 réalisé des bâtiments étonnants qui déjouent les codes architecturaux : l’immeuble qui pousse à Montpellier, le Panache à Grenoble, la Tour de la biodiversité à Paris… sa personnalité fantasque et son franc-parler en font un personnage à part dans le paysage architectural français.

Découvrez le métier d’architecte par le biais de Thomas Dubuisson et son portrait dressé. L’expression de « père en fils » est particulièrement appropriée dans la famille Dubuisson, on est architecte depuis 5 générations ! Mais alors comment sortir de l’ombre des grandes figures de la famille, quand on porte le même nom et a la même profession ? Thomas Dubuisson a eu des projets d’architecture et des projets de rénovation. Mais pas n’importe lesquels, des rénovations de bâtiments signé par son grand-père il y a plus de 50 ans.

L’agence Tectoniques, un collectif d’architectes français spécialisé dans les constructions écologiques et la filière sèche.

A la pointe de la presqu’île lyonnaise, la revitalisation de la Halle Girard s’inscrit dans le plan d’aménagement du site sud de La Confluence dont les halles, les hangars et les docks témoignent du passé industriel et commercial. Un triumvirat d’entrepreneurs a redonné vie à la halle industrielle sur deux niveaux, une surface de plus de 5000m2, dans deux bâtiments contigus.

La Défense, quartier d’affaire le plus attractif du pays et le plus grand d’Europe, situé dans la métropole du Grand Paris, connaît aujourd’hui un renouvellement architectural. Toujours en accord avec ses objectifs économiques, le quartier tente d’insuffler un souffle d’humanisation en plaçant l’usager en son cœur.

Pages