Vous êtes ici

Quotidien et mutation

La Part Dieu est un quartier emblématique de Lyon, qui s’est développé au cours des années 1960-70, avec cette architecture particulière issue des courants brutalistes et modernistes. Le béton brut, érigé au rang d’art sculptural, compose en grande partie ce quartier d’affaires aux formes massives, en plein centre de Lyon. A l’origine conçu pour abriter des logements, le quartier a finalement trouvé sa place de centre d’affaires et de pôle d’échanges avec l’arrivée de la gare ferroviaire, et a donc été pensé pour recevoir presque exclusivement des flux de véhicules. 
Prévue pour accueillir 35 000 usagers par jour, la gare Part-Dieu voit désormais défiler plus de 120 000 voyageurs chaque jour. 

Pourtant, le quartier Part Dieu, s’il a une identité architecturale marquée, n’est qu’un lieu de passage, où se croisent les actifs, visiteurs et citadins qui traversent la ville, mais où ils ne s’arrêtent pas et ne se rencontrent pas. 
Partant de ce constat et de la nécessité de fluidifier le trafic généré par la gare, la municipalité a mis en place un projet d’aménagement du quartier Part Dieu, avec pour objectif d’en faire un quartier de vie, mixant les fonctions là où, jusqu’à présent, il s’agissait d’un lieu de travail.
Plusieurs interrogations me viennent donc à l’esprit :
Comment s’effectue la transformation d’un quartier de centre-ville, implanté depuis plus de 50 ans dans une grande métropole ? Comment se gère un chantier d’une telle ampleur, au cœur d’un nœud de circulation aussi dense ?
Quelles stratégies adopter pour développer une vie de quartier ? Quelle place pour les actuels usagers et pour les futurs habitants ?