Vous êtes ici

Architecture

Que se cache-t-il derrière un musée ? C’est la question que se pose ce documentaire sur le Centre de Restauration et de Ressources du MuCEM,  le Musée des civilisations de Marseille.  Ce bâtiment à l’architecture renvoyant à l’édifice reconnu de Rudy Ricciotti joue de son statut de face cachée du MuCEM, tant dans son architecture que dans ses fonctions.

Les villes d’aujourd’hui se modernisent, évoluent, se construisent. On voit depuis quelques années de grands projets d’aménagements de quartier, que ce soit des quartiers de logements, d’activités, d’affaires ou des éco-quartiers. Le point commun les liant est leur architecture, contemporaine et marquante. Ces projets d’aménagements s’inscrivent dans la communication des villes, et font ainsi partie de cette discipline qu’est le marketing de ville.

La ville se construit, mais cela est-il par nécessité ou est-ce juste une opération de communication.

La halle Pajol, ancien bâtiment industriel au bord des voies ferrées, témoignant d’une culture évidente pour les habitants de son quartier. Situé dans le 18°, quartier populaire en plein centre de Paris, c’est un projet qui a permis de redonner vie à ce quartier, tant au niveau du développement que du commerce.

 

La reconstruction de la halle est entièrement tournée vers le développement durable. Que ce soit pour l’édifice ou les jardins, les sols, les matériaux, les énergies, la qualité de l’air, l’eau, tout a été pensé et construit en prenant compte de ses facteurs.

Conception, construction, livraison. Ces trois étapes de la création architecturale conditionnent la manière de créer un bâtiment, mais ce schéma n’est pas propre à l’architecture. Ce film nous le montre en traitant de La Fabrique, laboratoire de musiques nouvelles et salle de concert dans la ville de Nantes, où la création musicale traverse des étapes similaires. Au travers d’un parallèle entre musique et architecture ; architecte et musicien, ce documentaire traite de la question universelle de la création moderne.

Ça pourrait s’appeler A deux sur l’île. Le film s’articule sur la relation forte et étroite entre deux œuvres architecturales emblématiques édifiées en vis-à-vis, l’une à côté de l’autre, sur le site de l’île de Nantes - où les pouvoirs publics ont engagé depuis des années une requalification de grande ampleur d’un lieu autrefois connu pour ses industries, expérimentant de nouvelles façons de penser et concevoir la ville. Deux programmes laboratoires qui vont bien plus loin dans l’expérimentation que ne l’autorise habituellement la programmation classique.

Pages