Vous êtes ici

Portrait

Lorsque vous la rencontrez pour la première fois, elle vous serre la main et se présente sobrement : « Erutti, sculpteur ». Sa sculpture au premier abord, est un jeu de matière, de matériaux. Transparence, plat, rigidité du verre, mouvement rectiligne du métal pour les matériaux œuvrés par l’homme ; aspérité, rugosité, nœuds du bois et fluidité du sable pour les matériaux œuvrés par la nature. Mais la sculpture d’Erutti n’est pas simplement apparence, la tension, le poids, l’opposition, la mise en relation des éléments sont révélateurs d’une intériorité, d’une personnalité.

Il y a quelques temps, chaque pensée de Christel était dédiée à la peinture, chaque seconde de vie était remplie par la peinture jusqu'à en oublier la faim et le sommeil. Même, si elle reconnaît qu'elle a eu du mal à lâcher cet absolu, Christel ne regrette pas d'avoir quitté cet univers. Aujourd'hui, son rythme est beaucoup plus serein, plus humain; elle reprend goût à la vie normale. Petit à petit, elle se réapproprie sa façon de peindre, son rapport à la peinture a changé.

Christian Voltz écrit et illustre de nombreux albums de littérature jeunesse publiés entre autres aux Éditions du Rouergue, au Seuil, et Didier jeunesse.
Réalisés à partir de matériaux de récupération (fil de fer, laine, bois, tissus, objets divers et variés), ses personnages cocasses se repèrent de loin et ses illustrations singulières renvoient à un jeu constant entre le texte et l’image. De son travail se dégagent poésie, expressivité et humour caustique.
Toutes ses réalisations sont photographiées par son comparse Jean-Louis Hess pour être publiées.

Les illustrations de Benjamin Lacombe sont très connues auprès des jeunes, mais également auprès des adultes. Pour tous ses aspects, Benjamin Lacombe est un créateur intriguant. Comment arrive-il à illustrer des bandes dessinées, des contes musicaux, des textes écrits par lui-même ou par d’autres ?
On le retrouve dans l’intimité de son appartement – atelier parisien. Le décryptage de son oeuvre commence avec la découverte de son chien, leitmotiv de tous ses albums.

Edouard Herriot devient maire de Lyon en 1905, directeur du conseil général en 1910 et sénateur en 1912. Cinquante ans de pouvoir à Lyon ont marqué les esprits. Il participe à l’effort de guerre en 1914, tient tête aux allemands de la seconde guerre mondiale, se rallie à De Gaulle mais revient toujours à Lyon, qui le soutient. Un homme bon vivant et très séducteur pour une ville fidèle.

Pages