Vous êtes ici

Portrait

Le souhait du docteur Mérieux : la santé pour tous. Il met à profit son savoir vétérinaire pour aider aux nécessités de la guerre. Les abattoirs de Gerland, qu’il a racheté, deviennent l’Institut français de la fièvre aphteuse, en 1947 ; il a enrayé la maladie qui ravageait les troupeaux de France. Persuadé que l’animal et l’homme peuvent être soigner ensemble et l’un grâce à l’autre, il oriente ses recherches dans ce sens. L’épidémie de méningite au Brésil , en 1974, signe sa plus remarquable action : une vaccination de masse pour sauver le pays d’une mort certaine.

Né avec le siècle, il est élevé avec ses quatre frères et soeurs dans la pure tradition. A la mort du père, Antoine a quatre ans, la vie se partage entre Lyon et Saint Maurice de Rémans. Sa passion pour l ‘aviation l’amène à voler, pour la première fois, à douze ans. Quatorze ans plus tard, il participe, avec Mermoz, à l’aventure de l’aéropostale. La voix de Saint Exupéry se fait entendre, ses premiers livres sont publiés. Lors de missions, il se retrouve face au désert. Ce retour sur soi l’interroge sur la destinée de l’homme, la séparation difficile entre l’enfant et l’adulte.

Pages