Vous êtes ici

Bernard Perrin

Par le témoignage d’enfants de la guerre de 45, aujourd’hui grand-parents, un historien sociologue pose une question fondamentale : faut-il accréditer les souvenirs d’enfance de la seconde guerre mondiale comme vérité historique ? La Libération, tant souhaitée par les parents, est un quotidien bouleversé pour les enfants, ils nous expliquent leur vision des événements. Comment enfants, ils ont vécu ces circonstances. Mais les souvenirs lointains et l’affabulation enfantine trompent la réalité des faits.

L’annonce du débarquement grossit le maquis de nouvelles recrues. En août 44, les troupes arrivent en Provence, les prémices de la Libération coûtent de nombreux combats entre résistants et allemands. Les acteurs de cette Histoire nous expliquent simplement leurs faits et gestes, plus que courageux. Mais le retour à une vie normale avec la fin de l’occupation est souvent décevante et difficile, pour les résistants patriotes qui ne reçoivent pas le respect qu’ils méritent, et pour les déportés qui ont côtoyé la mort.